L’ignorance n’a aucune limite

img

Au cours des quatre dernières décennies, une grande partie du monde a vécu sous un modèle de capitalisme qui, tout en générant prospérité, ressources et opportunités, a également engendré d’importantes inégalités sociales, ainsi que la grande crise environnementale dans laquelle nous sommes aujourd’hui plongés.

Il n’est pas nécessaire d’être très futés pour se rendre compte que cette crise a des responsables, et ce ne sont que ceux qui ont encouragé et promu des modèles commerciaux peu respectueux de l’homme et de l’environnement, en pensant uniquement et exclusivement au profit économique.

Ce capitalisme vorace, qui défend l’optimisation des profits économiques à tout prix, consume les populations et la planète.

Comment pouvons-nous échapper de Wall Street et de ses banquiers ?

La réponse consiste à promouvoir un capitalisme social dans lequel la responsabilité est dans le modèle et les variables : humaine, liée à la santé des personnes, sociale, avec la création d’emplois et écologique avec la préservation des ressources naturelles essentielles à notre survie, sans oublier la durabilité économique, « en voie de disparition ».

Il y a 14 ans, nous avons vu les lacunes du modèle capitaliste vorace et nous avons commencé à travailler dans le domaine de la biotechnologie pour développer des solutions naturelles qui rompent avec le cercle de l’utilisation de substances chimiques de synthèse toxiques dans la production alimentaire. C’est ce qui m’a motivé. De plus, créer des emplois en pleine crise du COVID ou stimuler, par notre travail social, la Fondation MAAVi, l’échange culturel et l’intégration des enfants de différentes nationalités à travers le sport, la nutrition et l’insertion professionnelle de leurs parents.

Les entrepreneurs doivent prendre conscience de l’impact des entreprises sur leur hôte, la société. Le nouveau pilier du capitalisme, social et responsable, rend le capitalisme vorace plus humain, qui consume les populations et la planète.

Dans le capitalisme social, l’homme, la société et l’environnement ne sont plus des outils de marketing, mais font partie du cœur de la société.

Bien qu’il soit certain que l’approche consistant à considérer ces trois variables comme des contraintes du modèle rend la gestion beaucoup plus complexe.

Un objectif pour changer le monde

Car, comment pouvons-nous faire entrer la responsabilité à l’intérieur d’un modèle de gestion? Ici, bien sûr, un objectif clair est essentiel. Pour nous, il s’agit de changer le monde par la façon dont les aliments sont produits, en partant du principe « tout n’est pas permis ».

Pour revenir à la crise environnementale, l'Europe veut maintenant devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d'ici 2050

Mais pour cela, il faut des dirigeants formés, plus compétents et mentalisés. Des dirigeants plus évolués, complexes et courageux, prêts à changer les règles du jeu et à  » ne pas se vendre  » au système.

Je pense qu’il est très important que nous commencions à former ce type de dirigeants dans les écoles et les universités, dans le but de « faire bouger les choses ». Des propositions telles que la chaire Farm to Fork que nous avons lancée avec l’Université d’Alméria ou le programme d’appui à la formation scolaire de la Fondation MAAVi, l’œuvre sociale de Kimitec, ainsi que notre incubateur de start-up Weboost, il s’agit d’initiatives visant à former une carrière de gestionnaires avec cet élan. Mais ce sujet qui me tient à cœur pourrait faire un article complet.

Un continent climatologiquement neutre en 2050

Pour revenir à la crise environnementale, l’Europe veut maintenant devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050.

Neutre: Tel est le mot clé du Pacte Vert Européen. La Commission Européenne n’a pas choisi n’importe quel mot pour son futur programme politique. Elle l’a appelé « deal » (pacte). Elle a choisi le même mot que le président américain Franklin Delano Roosevelt lorsqu’il a conçu le programme avec lequel il a réussi à faire sortir son pays de la grande Dépression après le krach de 1929. Le  » New Deal  » de Roosevelt, a créé le concept d’ « État providence » et sauvé l’économie nord-américaine. Mais la Commission européenne a ajouté un adjectif au nom de son plan, qui fait la différence. Bien qu’il s’agisse également d’un programme destiné à sortir l’Europe des catastrophes de la dernière récession économique, l’accent est mis cette fois sur l’environnement, et c’est pourquoi ce nouveau « deal » à l’Europe est green (vert).

De la même manière que le New Deal de Roosevelt s’est concentré non pas sur l’économie dans l’abstrait ou sur l’industrie, mais sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, en particulier des plus pauvres, le Pacte vert européen, malgré son nom, ne vise pas l’amélioration de la nature, mais de la vie des Européens et de l’économie de l’Europe. C’est ce qu’expliquait parfaitement Ursula von der Leyen, l’actuelle présidente de la Commission: « Le Pacte Vert Européen est notre nouvelle stratégie de croissance qui contribuera à réduire les émissions et à créer des emplois ».

En plus des mots, pour comprendre l’importance du Pacte Vert Européen, il faut aussi tenir compte du contexte, c’est seulement ainsi qu’il est possible de voir jusqu’où va cet accord. Le contexte immédiat à la naissance du programme européen a été la fin

de la dernière crise économique dont l’Europe est sortie mise à mal, et un cadre dans lequel les dirigeants mondiaux, la Chine et les États-Unis, s’éloignent à grands pas de l’Europe qui autrefois était le leader mondial. Mais il faut aussi tenir compte, pour comprendre le Pacte Vert, des conditions de l’Europe, dont la plus importante est que le vieux continent est déficitaire en matières premières.

La révolution des neurones

Pour moi, ce que fait l’Europe avec le Pacte Vert, c’est maximiser la matière première NEURONE. Cette matière première dont l’Europe est excédentaire et qui est la base du Pacte Vert.

Mais d’où vient le neurone ? Ni plus ni moins que de la pénurie. Depuis la plus grande pénurie, c’est là que tout est maximisé, demandez donc à Amancio Ortega ou de Jeff Bezos.

Certes, la révolution des neurones résulte d’un déséquilibre, d’un manque de ressources, et pousse l’Europe à former un nouveau modèle que la Commission a décidé d’appeler Green Deal, mais qui aurait pu aussi bien être appelé révolution neuronale… parce que le Green Deal n’est que cela, une proposition de révolution neuronale.

Une stratégie de positionnement intelligent dans la mesure où l’Europe ne dispose ni de matières premières ni d’industries concurrentes vis-à-vis de la Chine et des États-Unis. (Etats-Unis) Et il est également nécessaire, sur une planète épuisée qui, d’un autre côté, restera là quand nous n’y serons plus -la planète n’a pas besoin de nous, mais la planète et ses ressources, nous en avons besoin.

La Commission européenne s'oriente vers l'agriculture biologique avec le programme "de la ferme à la fourchette" du Pacte vert européen

Il s’agit en fin de compte d’une stratégie macroéconomique axée sur la décarbonisation, la décontamination et la revalorisation des sous-produits, qui vise à devenir un continent climatologique neutre d’ici 2050.

Une révolution qui comprend la nécessité de préserver les écosystèmes et qui, sans bien-être social, le bénéfice économique n’a aucun sens et qui propose donc un virage vers un capitalisme responsable. Mais, en même temps, un échec tant qu’il ne permet pas une transition réaliste d’un de ses secteurs stratégiques: l’agroalimentaire.

L’Alimentation Européenne en danger

Nous sommes heureux de voir que les politiques européennes soutiennent aujourd’hui ce capitalisme responsable que nous avons dirigé dès le début, mais la réalité est que la feuille de route de la Commission Européenne vers l’agriculture écologique et la réduction de l’utilisation des pesticides chimiques et des engrais azotés, dans le cadre du programme Farm to Fork du Pacte Vert, réduira les rendements à l’hectare entre 25 et 40 %, mettant en péril l’approvisionnement alimentaire en Europe.

Parce que si, dans les années à venir, 50 % des terres agricoles sont cultivées selon les principes réglementaires « écologiques » actuels avec les outils actuellement disponibles, la hausse des prix mondiaux des matières premières agricoles se situerait entre 6 et 10 %, ce qui aurait un impact considérable sur l’inflation globale et donc sur l’économie familiale, en torpillant le cœur du panier : pommes de terre, carottes, poivrons, etc.

Le modèle de l’agriculture écologique s’est avéré non compétitif, car il n’a pas les outils nécessaires pour le rendre aussi productif que le modèle classique.

Il faut payer un « péage » pour manger. Il semble que si l’industrie chimique perd, le consommateur perd aussi. Et  » l’ignorance n’a pas de limites « , parce que, même si le passage à l’agriculture écologique est subventionné par des marchés publics, si on n’incite pas à créer de nouveaux outils aussi efficaces que ceux de la chimie de synthèse, avec les outils qui existent aujourd’hui pour produire des aliments en agriculture biologique, la productivité chutera et le prix de l’alimentation augmentera.

Par ailleurs, la réduction de 50 % des matières actives chimiques et de 20 % des engrais azotés ne s’accompagne pas d’une législation permettant l’enregistrement rapide de solutions naturelles fondées sur les progrès scientifiques déjà en place, mais elles sont réglementées par la réglementation phytosanitaire chimique. La solution au problème, qu’il s’agisse de biopesticides ou d’apports bio, est aujourd’hui réglementée dans les conditions inhérentes aux solutions basées sur la pétrochimie et l’agro-industrie qui polluent nos aliments depuis 50 ans.

L’alternative réelle à la chimie de synthèse dans l’agriculture

Ceci démontre qu’il existe encore dans l’UE un plafond de verre qui empêche les progrès de l’alternative réelle à la chimie de synthèse dans l’agriculture.

Et si le système en question ne dispose pas de mesures réglementaires plus adaptées à celles qui sont disponibles dans d’autres régions du monde, où une réglementation plus rapide et plus économique peut être trouvée, nous condamnerons finalement l’agriculture européenne à l’inefficacité et à la création d’une société plus pauvre; avec un climat  » neutre  » et  » mieux nourrie « ….

Un scénario peu convaincant pour le bien de  » cette planète qui restera là quand nous n’y serons plus « .

Personne n’a, par exemple, réfléchi à ce que les agriculteurs vont faire de manière extensive lorsqu’ils interdiraient le glyphosate, ni à la manière dont ils vont faire face à la baisse de productivité des récoltes et à la hausse des prix pour tous ceux qui consomment quotidiennement du pain ou de l’huile.

C’est pourquoi, parce que l’agriculture a vécu une époque grise envahie par les produits chimiques et qu’elle a besoin de revenir à l’ère verte, il faut accroitre les neurones et la règlementation.

Nous sommes tout à fait d’accord avec le Farm to Fork, mais nous attendons toujours le plan de mesures qui régiraient la transition. Pour l’instant, il ne s’agit donc que d’une stratégie à laquelle il manque une tournure pour faire bouger les choses.

« Nous voulons que la production alimentaire soit plus verte, plus durable et plus économique, mais sans cette phase de relâchement réglementaire, cette histoire ne va pas vers une issue heureuse. »

Concentrons-nous donc sur l’importance qu’il y a à développer des solutions naturelles aux problèmes de l’agriculture actuelle, dans le but de les transformer, non pas vers un modèle écologique, mais vers un modèle conventionnel basé sur des apports naturels à haut rendement contre les parasites, les maladies et le stress environnemental auquel les cultures sont soumises et respectueux de l’environnement et de la santé des personnes.

Te puede interesar...

Les effets du changement climatique sur la phénologie et la production des cultures

Hace 3 mois | Agriculture

Healing the stomach of the plant: Soil condition and recovery

Hace 3 semaines | Agriculture

Privatisation mondiale de l’eau

Hace 3 mois | Agriculture

Nous avons mis en place un important plan d’expansion pour le Brésil

Hace 1 mois | Corporate