Pourquoi les États-Unis ont-ils besoin d’un Farm to Fork ?

img

Nous pouvons représenter la quasi-totalité des situations de deux façons. C’est ce que nous faisons en disant « il y a deux types de personnes ». Si nous l’appliquons à des situations plutôt qu’à des personnes, cela fonctionne également. Je prends un exemple: Il y a deux façons de traiter un voyage du point de vue de la sécurité. L’une d’elles est de déterminer quel moyen est le plus fiable pour se déplacer. Voiture, train, vélo ? La bonne solution est l’avion, avec un accident majeur pour 2,4 millions de vols. L’autre est de ne pas voyager. C’est la seule façon d’assurer un risque zéro. Si vous ne voulez pas qu’il vous arrive quelque chose, restez à la maison. Si vous ne voulez pas oser, limitez-vous. Si vous ne voulez pas que les choses se succèdent, imposez-vous des obstacles. J’ai le sentiment que c’est ce qui se passe avec le European Green Deal et le rôle des biopesticides d’origine biologique.

En suivant les deux approches, nous pourrions dire qu’il y a deux manières de faire les choses: À l’américaine et à l’européenne. J’en suis désolé, mais nous avons tendance à affronter les défis et les situations de crise de manière très différente d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, et ce n’est généralement pas une bonne chose. Avec le défi de la décarbonisation, le pari sur les énergies propres et l’impulsion de formes de production alimentaire plus saines, la même chose est en train d’arriver. Encore une fois.

Je vous prie de bien comprendre ce que je veux dire. Pour cela, je dois remonter à la crise financière mondiale de 2008 et à l’impact qu’elle a eu sur les portefeuilles du monde entier. C’était alors la première fois que le monde de l’économie  » verte  » était identifié comme la voie de sortie et de reprise la plus viable pour l’avenir. À l’instar du New Deal lancé dans les années 1930 par le président américain Franklin D. Roosevelt pour intervenir sur les marchés et stimuler l’économie, nous avons vu en 2008 un nouveau New Deal américain jouant sur de nouveaux mécanismes de contrôle, des taxes et des investissements qui mettaient le monde des énergies renouvelables en garantie de l’avenir, de la reprise et, il faut le dire, de l’amélioration de l’environnement. La crise ne pouvait pas être un obstacle à la prévention du réchauffement climatique.

Cette proposition visait à créer des milliers d’emplois dans des projets verts par des investissements à valeur écologique, en récompensant l’utilisation responsable de l’énergie et des ressources naturelles. C’était là le germe de ce qui est devenu le Green New Deal aux États-Unis et son équivalent sur notre continent : le European Green Deal. Ils se ressemblent en nom et objectifs, mais sous la forme, il y a une distance. J’ai déjà dit au début qu’il y avait deux manières de faire les choses. Nous verrons ce qu’il en est.

Green New Deal vs European Green Deal

Aux États-Unis, l’intervention de l’État ne se fait pas par des mesures restrictives, mais par des mesures expansionnistes. Il est fondé sur l’octroi d’aides directes à ceux qui respectent les principes que l’on veut encourager, mais il n’y a pas d’obstacles au marché. L’Union européenne, en revanche, tend à un certain paternalisme. Les aides sont subordonnées à la surveillance à la loupe et à la recherche de garanties. Les garanties absolues n’existent pas et plus le degré de sécurité est élevé, plus il faut de temps pour obtenir l’accord des autorités. Vous vous souvenez de ce que je disais au début ? Si vous voulez la sécurité, restez à la maison et ne faites rien. C’est ce qui nous arrive.

Le Green New Deal américain vient d’être activé avec le gouvernement Biden. La loi intitulée Build Green Infrastructie and Jobs Act, présentée en mars, définit des objectifs quantitatifs très clairs pour déployer un modèle énergétique durable et radicalement innovant pour les énergies propres. Ils espèrent notamment créer 1 million d’emplois, réduire les émissions de CO2 de 21,5 millions de tonnes et économiser environ 1 milliard de dollars sur les dépenses de santé. Si l’environnement et l’alimentation sont plus sains, il y aura moins de malades. Cela semble logique. Et que disent les entreprises qui, comme Kimitec, travaillent sur le marché des produits biologiques, sans composés de synthèse chimique ? Que nous sommes sur la bonne voie et que nous faisons partie de la solution. Mais pour nous, rien de nouveau, parce que l’EPA (l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis). (Etats-Unis)  dispose déjà d’une réglementation spécifique pour approuver l’utilisation de biopesticides et d’engrais biologiques qui tient compte de leur origine et de leur absence de déchets toxiques pour l’environnement et les personnes.

En Europe, l’industrie agroalimentaire de tout ce mouvement est ce que l’on appelle la stratégie Farm to Fork (quelque chose comme « de la ferme à la table »). Dans le droit fil de ce qui est en train d’être déclenché par les États-Unis, Farm to Fork vise à réduire de moitié l’utilisation des pesticides chimiques et dangereux d’ici 2030. Elle vise également à réduire de 20 % l’utilisation d’engrais et à renforcer l’alimentation saine et la bio-économie en investissant 10 milliards d’euros dans le cadre du programme de R & d Horizon Europe. Fantastique, mais… parce qu’il y en a un, mais très gros. Farm to Fork propose de décourager les produits agro-alimentaires de synthèse chimique, mais n’offre pas de cadre réglementaire spécifique pour l’alternative, que sont les produits biologiques. Comme c’était le cas dans cette blague où le client demande au serveur de gouter la soupe, le problème n’était pas la soupe, mais plutôt qu’il n’y avait pas de cuillère. Car il n’y a pas de réglementation qui pénalise la synthèse chimique et renforce les phytosanitaires d’origine biologique.

Produits identiques, différentes réglementations

En Europe, nous réglementons ces produits par un règlement de 2009, et nous y sommes encore. C’est à lui qu’incombe la responsabilité de déterminer les substances actives qui sont valables pour la culture, entre autres. Ce règlement nous oblige à avancer tous sur la même voie, avec les mêmes délais d’approbation, qu’ils soient de synthèse chimique ou non. On estime que le délai moyen d’approbation d’un nouveau produit est de plus de cinq ans, mais il peut être plus long. Est-ce vraiment ainsi que nous allons résoudre les problèmes de terrain ? Les agriculteurs ont-ils vraiment besoin de cultiver sans solutions qui leur permettent de produire de manière saine et compétitive ?

Peut-être l’origine de cette situation paradoxale est-elle le rôle que les groupes de pression exercent dans chaque zone. Le fait est que les États-Unis ont leur propre réglementation spécifique sur les produits biologiques. Il est entendu que, de par leur origine, ces derniers présentent des caractéristiques, par définition qui les exonèrent de certains éléments de preuve auxquels les produits de synthèse chimique sont soumis.

Nous ne sommes pas là pour les plaisanteries et nous n’avons de temps pour cela. La question n’est pas d’établir une compétition sous le drapeau de la sécurité. Je ne pense pas que les États-Unis aient besoin d’un Farm to Fork. C’est plutôt à l’Europe qu’il faut dégager les moyens d’atteindre l’objectif d ‘une chaîne de production alimentaire plus saine et plus bénéfique pour la planète en soutenant des mesures facilitant la transition. Enfin, oui, il faut avoir de la volonté et activer les mécanismes pour cela.

Te puede interesar...

Plus de… Printemps silencieux

Hace 5 mois | Agriculture

Plongée dans la matière biologique inconnue

Hace 3 mois | Agriculture

Nous continuons à travailler pour vous et pour tous !

Hace 2 ans | Agriculture

Agriculture Organique, Biologique, Écologique et Traditionnelle

Hace 2 ans | Agriculture