Pacte vert et Farm to Fork: La voie vers une économie européenne durable

img

Plus de 11 millions de décès annuels sont attribués à des régimes alimentaires élevés en graisses et en sucres et pauvres en fruits et légumes. Ils représentent près de 22 % du total. Ce chiffre est plus qu’un signal d’alerte. Un régime alimentaire sain et basé sur des produits végétaux réduit le risque de maladies potentiellement mortelles et l’impact environnemental du système alimentaire. C’est l’un des principaux objectifs du Pacte Vert ou de l’European Green Deal, le plan global pour freiner le changement climatique lancé par l’Union européenne en décembre 2019 et qui vise à faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050. À cette fin, des mesures et des aides financières ont été mises en place  pour stimuler les entreprises et les initiatives afin d’atteindre les objectifs proposés.

Le Pacte Vert Européen établit un plan d’action visant à promouvoir une utilisation efficace des ressources à travers une économie propre et circulaire, à restaurer la biodiversité et à réduire la pollution. Pour y parvenir, il faudra agir dans tous les secteurs de notre économie. Traduit, cela signifie investir dans des technologies respectueuses de l’environnement, soutenir l’innovation dans l’industrie, développer des systèmes de transport public et privé plus propres et moins coûteux, décarboniser le secteur de l’énergie et travailler avec des partenaires internationaux pour améliorer les normes environnementales mondiales. Presque rien.

Avec ses erreurs et ses succès, cette initiative, qui a son équivalent au New Green Deal américain, veut éviter une augmentation de 2°C de la température de la planète par rapport aux niveaux enregistrés à l’époque pré-industrielle. Il cherche également à promouvoir des mesures supplémentaires qui permettent au réchauffement planétaire de ne pas dépasser 1,5°C, étant donné qu’en 2020 , l’OMM a déjà averti que la température mondiale était déjà de 1,2°C supérieure à celle d’il y a un peu plus d’un siècle.

L’une des lignes de travail les plus importantes est celle connue sous le nom de Farm to Fork (stratégie de la Ferme à la Table), qui vise à améliorer le système alimentaire de l’UE en le rendant plus durable et plus respectueux de l’environnement. En outre, il s’efforce de réduire les pertes et les gaspillages alimentaires et de garantir des aliments abordables et nutritifs,  sans dépasser les limites de la planète.

Dans sa présentation il y a deux ans, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, a affirmé que le Pacte Vert servirait à montrer au reste du monde comment être durable et compétitif, de sorte que nous soyons capables de convaincre d’autres nations et organisations de relever le défi. « C’est notre nouvelle stratégie de croissance, une croissance qui apporte plus qu’elle ne consomme, a-t-elle expliqué. Les mots de Von der Leyen ne parlaient pas seulement d’une transformation nécessaire du mode de vie, de travail, de production et de consommation pour bénéficier à la santé des individus. Ils parlaient d’affaires et de rentabilité. La transition vers une économie verte est considérée par les organes communautaires comme une opportunité de développer un tissu commercial fondé sur l’innovation, à partir duquel construire une économie mondiale de premier plan.

Les clés de la Stratégie Farm to Fork

Pour atteindre ces objectifs, de nombreux accords ont été signés au cours de l’année écoulée et ont permis de prendre des mesures spécifiques dans divers domaines. La stratégie Farm to Fork entre ici en jeu. Celle-ci met l’accent sur le modèle agricole et sur la création d’un système alimentaire plus sain et durable. Dans le cadre de ses objectifs, la Commission Européenne a mis en place des mesures visant à réduire de 50 % l’utilisation des pesticides et le risque des intrants chimiques d’ici 2030. Cela inclut une réduction de 50 % de l’utilisation des pesticides les plus dangereux au cours de la même période. Afin d’éviter la perte de nutriments dans l’environnement, cette stratégie vise à réduire l’altération de la fertilité des sols agricoles et à utiliser 20 % de moins d’engrais d’ici 2030. Cette réduction de l’utilisation des pesticides et des engrais d’ici 2030 est particulièrement importante pour Kimitec, car notre activité est centrée sur le développement de produits naturels aussi efficaces au moins que ceux de synthèse chimique, mais sans conséquences négatives pour notre santé et notre environnement.

Il reste cependant à voir si la stratégie Farm to Fork soutient expressément l’activité biotechnologique, que nous menons avec un soutien réglementaire explicite et permettrait de passer plus rapidement d’un type de produit à un autre. La Commission envisage également de promouvoir le développement de cultures plus durables. Pour ce faire, il a fixé comme objectif que, d’ici neuf ans, 25 % de toutes les terres agricoles soient consacrées à l’agriculture biologique. Est-ce la bonne chose à faire pour équilibrer durabilité et productivité ?

Financement et R & d

La réalisation de ces objectifs ambitieux repose sur deux piliers: l’aide financière et la promotion de la recherche et de l’innovation. Dans le premier cas, l’Union européenne a appelé à mobiliser 1 000 milliards d’euros d’investissements durables jusqu’en 2030. Il s’agit du paquet d’aide le plus ambitieux de l’histoire du continent en matière de durabilité. Ce plan de financement visera à réorienter les investissements publics et privés vers le développement durable.

En ce qui concerne la recherche, la clé est le programme Horizon Europe, ancien Horizon 2020. Avec les autres programmes de l’UE, il sera un élément clé dans la mobilisation des investissements publics et privés nationaux. Il s’agit du programme-cadre de recherche et d’innovation (R & i) de l’Union pour la période 2021 – 2027. Son principal objectif est d’obtenir un impact scientifique, technologique, économique et social des investissements de l’UE dans la R&i, renforçant ainsi ses bases scientifiques et technologiques et encourageant la compétitivité de tous les États membres.

Ce programme soutient directement quatre des cinq domaines du Pacte Vert Européen: la salubrité des océans, des mers, des côtes et des eaux intérieures; les villes intelligentes et climatiquement neutres; la santé des sols et des aliments; et l’adaptation au changement climatique et la transformation sociale. Plus de 35% des dépenses totales d’Horizon Europe seront consacrées aux objectifs climatiques.

Depuis la Commission européenne, ils affirment que le Pacte Vert Européen ne vise pas à améliorer la nature, mais qu’il implique un changement de vie favorable des Européens et de l’économie de l’Europe. Il ne fait aucun doute que, dans ce scénario , nous trouverons Kimitec, car nous partageons une grande partie des objectifs fixés. Nous considérons la recherche comme la base du développement d’une offre durable – nous avons une grande expérience dans la participation à des projets européens, y compris quatre Horizon 2020- et nous sommes par définition attachés aux mêmes objectifs sociaux et économiques. C’est pourquoi nous serons attentifs et activement engagés dans la réalisation des objectifs proposés.

Te puede interesar...

Des cultures de meilleure qualité pour prévenir le cancer

Hace 2 ans | Agriculture

Plongée dans la matière biologique inconnue

Hace 2 mois | Agriculture

Nous nous associons à la normalisation Global Gap : Pour garantir que les choses soient bien faites

Hace 1 an | Agriculture

Qu’est-ce que l’Agriculture 4.0?

Hace 2 ans | Agriculture