Biopesticides: Une alternative saine à la protection des cultures

img

Si Alfred Hitchcock devait tourner aujourd’hui « La mort aux trousses » (« North by Northwest »), il devrait modifier la scène dans laquelle Cary Grant est poursuivi et se fait tirer dessus par un avion près d’un champ de maïs. Dans le film original, le personnage qui interprète Grant, Roger Thornhill, fuit un bimoteur utilisé pour la fumigation des cultures qui jette son chargement pour l’obliger à sortir de sa cachette entre les plantes. Cela serait presque impossible aujourd’hui, du moins en Europe. Depuis 2009, et sauf exception, l’Union Européenne a interdit la pulvérisation de pesticides comme celle qui est faite à partir d’avions adaptés. La raison ? Limiter l’utilisation de pesticides de synthèse chimique dans le monde de l’agriculture afin de réduire leurs conséquences sur la santé humaine et l’environnement.

La poésie du cinéma n’est pas suffisante pour maintenir des pratiques qui sont nuisibles pour nous et pour notre environnement. Au cours des dernières décennies, la production agricole s’est appuyée sur les produits de laboratoire synthétiques pour se défendre contre les parasites qui attaquent les cultures et leur environnement. Avec l’argument souvent discuté, selon lequel les pesticides ou les phytosanitaires ont assuré la disponibilité d’aliments plus sains, exempts de maladies, les agriculteurs du monde entier ont massivement utilisé ces solutions qui garantissaient une action rapide contre les bactéries, les insectes et les champignons nuisibles. Leur emploi a permis de maintenir des taux de production élevés et une exploitation intensive des sols. Toutefois, les résidus de certaines des substances utilisées ont eu des conséquences néfastes.

Les problèmes des pesticides de synthèse chimique

Les problèmes des pesticides de synthèse chimique

Dans l’environnement naturel, l’utilisation abusive de pesticides synthétiques tels que fongicides, insecticides ou nématicides a souvent entraîné la contamination des nappes phréatiques, la disparition d’organismes ayant des effets bénéfiques sur les racines, et le développement de la résistance des parasites aux produits qui les combattent. En ce qui concerne l’être humain, ils ne sont pas rares les cas d’intoxications graves et des affections du système immunitaire en raison d’une exposition prolongée à certaines substances. Les plus touchés par cette situation ont souvent été les professionnels des campagnes : les agriculteurs.

« Les agriculteurs sont souvent les plus touchés par l’abus de pesticides synthétiques ».

En Europe, les substances actives autorisées dans les pesticides ont été réduites de plus de 50% au cours des dernières décennies . Des situations comme celle du glyphosate, un herbicide populaire considéré avec beaucoup de réticences et potentiellement cancérigène par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2015 et gracié par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments la même année, ont mis en avant l’utilisation des pesticides de synthèse chimique. En effet, et malgré le débat sur la question de savoir s’il est aussi préjudiciable qu’on le dit, deux pays européens l’ont déjà interdit. Le premier fut l’Autriche et l’Allemagne lui a donné une date d’expiration : Le 31 décembre 2023. L’Union Européenne elle-même l’autorise seulement jusqu’en 2022, et rien ne garantit qu’elle en prolongera la validité. En outre, la

République tchèque, l’Italie, les Pays-Bas et la France prévoient des restrictions à l’élimination progressive de ce produit d’ici 2023. Sommes-nous si dépendants d’eux ? Sont-ils nuisibles ? Et s’ils le sont, sont-ils un mal nécessaire ? Quelle alternative y a-t-il ?

La réponse à la première question est non. Bien qu’ils aient pu être une solution rapide et efficace, leurs conséquences sont une autre histoire. De nombreuses substances employées depuis des années ont été interdites à mesure que des conséquences négatives ont été constatées sur la santé et l’environnement. Avec le glyphosate, par exemple, on craint d’avoir une incidence non plus sur la santé humaine, mais sur la survie des plantes de l’environnement auquel il est destiné et, plus encore, sur les insectes, indispensables à la survie de processus biologiques tels que la pollinisation. Les pesticides ne sont donc pas un mal nécessaire. L’alternative se trouve dans les biopesticides.

Biopesticides: la réponse à faible risque

Biopesticides: la réponse à faible risque

En tant que dérivés d’organismes vivants, les biopesticides peuvent aller des champignons aux virus (conçus pour s’attaquer aux insectes) ou aux prélèvements végétaux. Ce sont des solutions qualifiées de faibles risques, qui respectent l’environnement de la plante et les organismes naturels de l’écosystème. En outre, ils ne laissent pas de résidus nocifs ou potentiellement nocifs pour les personnes.

« Les biopesticides respectent l’environnement de la plante et ne laissent pas de résidus nocifs pour les personnes »

Nous avons beaucoup progressé dans le domaine des biopesticides. Nous pouvons nous assurer que leur efficacité est au moins la même que celle des produits phytosanitaires et que leur trace de résidus est nulle. En outre, le contexte actuel est favorable à son expansion, et ce pour plusieurs raisons:

1. Appui institutionnel. Dans de nombreux pays, l’alternative des biopesticides contre les produits de synthèse chimique est renforcée par la législation. Le Danemark impose déjà des taxes supplémentaires sur les produits phytosanitaires pour décourager leur utilisation. La directive européenne 2009/128 sur l’utilisation des pesticides invite les membres de la Communauté à mettre au point des programmes spécifiques visant à promouvoir, de la formation à l’utilisation de ces produits à la réglementation et au contrôle de leur mise sur le marché et de leur stockage. C’est cette directive qui interdit la pulvérisation aérienne. Mais plus important encore, il invite expressément les gouvernements à donner la priorité, « si possible, aux [produits] non chimiques ». La dernière étape de l’Europe, dans ce sens, et qui a déjà des répercussions sur les marchés, c’est l’annonce en mai 2020 de sa stratégie « de la Ferme à la Table » qui prévoit une réduction de 50 % de l’utilisation des pesticides chimiques et de 20 % d’engrais d’ici 2030.

2. Pression sociale. Ces dernières années, les risques des solutions de synthèse et le désir des consommateurs de consommer des produits 100% biologiques sont passés au premier plan. Cette demande s’est déplacée dans l’ensemble de la chaîne commerciale. Dans le cas de l’Espagne, c’est déjà le pays de l’Union européenne qui a la plus grande superficie de cultures biologiques.

3. Absence d’effets nocifs. Les biopesticides sont considérés comme à faible risque et constituent une part importante du marché des produits de lutte contre les parasites. En outre, nous les soumettons aux mêmes essais de contrôle exhaustif que ceux de synthèse chimique, et leur sécurité est donc garantie. Ils respectent les organismes du sous-sol et contribuent à la régénération du sol.

Il est vrai qu’il y a des défis à relever. Ni la législation ne s’applique de manière égale à tous les marchés, ni dans tous les pays, ni la même prise de conscience de la problématique phytosanitaire n’a lieu. L’Europe, sans aller plus loin, n’a pas encore de législation spécifique pour réglementer les biopesticides qui continuent d’être régulés par la législation sur les pesticides chimiques. Les agriculteurs n’ont donc pas les solutions naturelles nécessaires pour remplacer les produits de synthèse chimique. L’Espagne, sans aller plus loin, est le pays communautaire qui consomme le plus de tonnes de pesticides. Mais il existe un marché biologique à l’horizon 2023 qui atteindra 6,4 milliards $. Le changement est en marche.

Te puede interesar...

Kimitec Group clôture avec succès sa participation au salon Growtech

Hace 2 ans | Agriculture

Vers la fin des résidus chimiques sur les terres

Hace 4 mois | Agriculture

Privatisation mondiale de l’eau

Hace 6 mois | Agriculture

Des cultures de meilleure qualité pour prévenir le cancer

Hace 2 ans | Agriculture