Plongée dans la matière biologique inconnue

img

Le grand hub de biotechnologie appliquée à l’agriculture naturelle se trouve dans le sud de l’Europe; il a plus de 45 projets en cours pour résoudre les principaux problèmes de l’agriculture mondiale et travaille à rendre « plus vertes » d’autres entreprises agro-industrielles et de grands producteurs.

Efrén Remesal, directeur de R&d, nous parle de son histoire et de ses futurs projets.

Il y a plus de 14 ans, les fondateurs de Kimitec ont décidé de modifier la façon dont les aliments étaient produits.

À l’époque, les preuves scientifiques commençaient à identifier les produits agrochimiques comme responsables de la perte de biodiversité, de la pollution des nappes phréatiques et d’autres problèmes majeurs liés à l’environnement et à la santé des populations. Dans le même temps, en Europe, la grande distribution imposait des limites à l’utilisation des matières actives et des LMRs en deçà de la réglementation et, dans l’ensemble du système de production alimentaire, aux consommateurs, les principaux acteurs, ils criaient au scandale des scandales liés à l’agriculture et à la toxicité des intrants employés dans l’agriculture.

À l’époque, les fondateurs de la biotechnologie avaient compris qu’il devait y avoir une autre voie que l’utilisation de molécules synthétiques dans la production alimentaire et ils ont décidé de faire quelque chose pour offrir aux agriculteurs des alternatives naturelles et efficaces.

Du  » potager de l’Europe « , où se trouve l’entreprise, l’équipe fondatrice de Kimitec a commencé à voyager dans différents pays pour identifier les progrès scientifiques et technologiques et pour rencontrer les grands esprits brillants qui commençaient à se dégager dans le domaine des biosciences appliquées à l’agriculture.

Au cours de ces voyages, ils ont découvert dans la nature une source inépuisable de composés naturels issus de plantes, de champignons, de bactéries et de microalgues, avec un potentiel considérable de productivité naturelle des cultures.

Après plusieurs succès dans le développement de biopesticides à efficacité égale à celle de la synthèse chimique et un investissement de plus de 20 millions dans la recherche et le développement de solutions agricoles naturelles, Kimitec a inauguré le MAAVi Innovation Center en octobre 2019, le plus grand centre de recherche sur les biopesticides et les probiotiques consacré à l’agriculture naturelle en Europe et l’un des plus grands hubs de biotechnologie au monde.

Des installations modernes de plus de 5 000 m2 + 1 000 m2 de serres avec une équipe de R & d de plus de 50 professionnels qui travaillent actuellement au développement de produits biologiques fondés sur la nature, et à la compréhension des cultures et de leurs mécanismes de croissance et de protection.

Dans le sillage de l’histoire, en mai 2020, au milieu de la crise COVID_19, l’Union Européenne a annoncé sa stratégie Green Deal et sa part agroalimentaire de Farm to Fork. L’agriculture communautaire a tremblé. Comment serait-il possible d’être aussi productif avec 50% en moins de molécules de synthèse chimique et 20% en moins d’engrais ? Puis vinrent les Etats-Unis, le Canada, la Chine ou la Corée du Sud avec des approches similaires. L’urgence de prendre des mesures et les stratégies politiques visant à freiner le changement climatique et la pollution ont été mises à l’ordre du jour.

Dans ce contexte, conscients de la quantité d’outils de synthèse qui se limiteraient et qui laisseraient les agriculteurs sans solution de rechange efficace pour rester productifs et avec un grave problème d’apparition de résistances, il était urgent d’accélérer notre modèle de recherche et de le rendre plus large.

MAAVi Innovation Center: L’alternative à la synthèse chimique

Au MAAVi nous avons étudié plus de 45 projets de fort impact pour l’agriculture mondiale, regroupés en trois axes : Biocontrôle, plant performance, et pré et probiotiques.

En septembre 2020, après deux années de recherche, nous avons communiqué l’état de développement de notre plate-forme de bioherbicides, qui est appelée à remplacer le glyphosate et intègre différents outils omiques dans le but d’identifier des molécules et des composés naturels ayant une activité phytotoxique pour le développement d’une nouvelle génération de bioherbicides.

Presque en même temps, notre substitut naturel à la cyanamide d’hydrogène entrait dans la phase de validation agronomique. Avec des résultats comparables à ceux de ce composé de synthèse chimique, mais sans risque pour la santé de l’agent d’application, cela soulagera les producteurs de fruits forestiers ligneux à feuilles caduques qui voient le changement climatique réduire, année après année, les heures de froid dont vos arbres ont besoin pour germer.

Mais nous avons beaucoup d’autres projets en cours.

En ce qui concerne les biopesticides à action insecticide, nous avons mis en place un grand projet de lutte contre plusieurs espèces de lépidoptères ainsi qu’un autre de nématodes. Le premier est centré sur Tuta absoluta, Lobesia botrana et Cydia pomonella, bien que l’espèce la plus étudiée soit Spodoptera sp., qui concerne 66 cultures différentes, principalement le soja au Brésil et le maïs en Chine, et a un impact économique mondial de 1,2 billion de dollars par an.

Nous n’oublions pas les bio-fongicides, car des champignons pathogènes comme le Botrytis cinera de la vigne causent de réels problèmes dans les vignobles et les cultures de raisins de table en France, en Italie, en Espagne, en Chine, aux États-Unis, au Chili ou en Australie; ou la rouille du café et la sigatoka noire dévastatrice de la banane en Amérique centrale qui ne dispose pas d’une solution efficace pour la combattre. Tous méritent à notre avis leurs propres projets, pour rechercher d’urgence une solution naturelle et efficace aux problèmes posés.

En ce qui concerne les stratégies visant à améliorer la durabilité environnementale des cultures, nous avons entre les mains un projet incroyable visant à identifier un consortium spécifique de micro-organismes de la phyllosphère qui travaille pour la culture en fixant de l’azote atmosphérique, en biostimulant et en augmentant sa productivité. Et dans la verticale des probiotiques, nous étudions également des consortiums de micro-organismes spécifiques pour le soja et la tomate, capables d’augmenter les qualités organoleptiques et chimiopréventives des fruits.

Enfin, dans la verticale de plant performance, outre notre substitut à la cyanamide d’hydrogène, d’autres solutions telles que le protecteur solaire pour les légumes à l’air libre, les agrumes et les cerises ou notre plateforme de biostimulants sont déjà à un stade avancé de développement.

Outre les traitements préventifs et curatifs, nous travaillons au traitement des semences présentant des capacités biostimulantes, biopesticides et probiotiques, ainsi qu’à d’autres innovations telles que l’utilisation de bactériophages comme agents biologiques contre des maladies aussi dévastatrices que l’Erwinia amylovora sur les vergers à pépins.

Nous avons aussi les MAAVI Labs, qui sont des accords stratégiques avec des géants de l’agro-industrie et de grands producteurs pour lesquels nous mettons notre centre de recherche à disposition pour le développement de solutions naturelles personnalisées.

Le but : égaler l’efficacité de la synthèse chimique

La clé de l’efficacité de nos produits réside dans une technologie que nous appelons 4Health, qui s’appuie sur la méthodologie pharmaceutique et sur un algorithme propre d’intelligence artificielle qui nous aide à trouver des réalités non évidentes dans la synergie des composés provenant des quatre sources naturelles avec lesquelles nous travaillons: botanique, microbiologie, micro-algues et chimie verte.

En ce qui concerne les composés bioactifs, le plus incroyable est que nous n’en connaissons à peine que 0,2. Le reste est encore une matière biologique inconnue. Ce qui signifie que nous sommes au sommet d’un autre grand pas vers une connaissance plus approfondie des plantes, micro-organismes et micro-algues, grâce à notre système deep learning, qui nous aidera à accroître la productivité du MAAVi Innovation Center, minimiser le temps nécessaire au développement d’outils naturels et efficaces et réduire le pourcentage d’erreurs dans nos recherches.

Comme vous pouvez le voir, la technologie est la base de notre activité, mais pas pour remplacer la nature, pour la mettre en valeur. Parce que plus tôt nous comprendrons et activerons les liens entre les mécanismes de la nature et les cultures, plus tôt nous serons en mesure de rendre possible un avenir plus sain et plus durable sur le plan de l’environnement.

La nature a les réponses, nous devons seulement les trouver.

Te puede interesar...

Privatisation mondiale de l’eau

Hace 5 mois | Agriculture

Biopesticides: Une alternative saine à la protection des cultures

Hace 2 mois | Agriculture

Des cultures de meilleure qualité pour prévenir le cancer

Hace 1 an | Agriculture

Technologie pour une production agricole naturelle

Hace 3 jours | Agriculture