Vers la fin des résidus chimiques sur les terres

img

Depuis quelques années, le concept d’agriculture biologique s’élargit non seulement entre les producteurs, mais aussi entre les consommateurs. Au-delà du fait qu’il s’agit d’un modèle de culture qui ne se limite pas aux produits artificiels ou à la synthèse chimique, c’est, selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), un système de gestion de l’écosystème qui tient compte des » impacts environnementaux et sociaux potentiels en éliminant l’utilisation d’intrants tels que les engrais et pesticides synthétiques, les médicaments vétérinaires, les semences et les espèces génétiquement modifiées, les conservateurs, les additifs et l’irradiation « . Si tel est le cas, c’est parce que les effets de certains des produits utilisés au cours du siècle dernier dans ce domaine se sont avérés nocifs pour la santé humaine, le bétail, les plantes elles-mêmes et l’environnement en généralLe retour au biologique, au naturel bien sûr, est la solution évidente. 

Comment en sommes-nous arrivés à ce point de basculement? Pendant longtemps, l’industrie produisant des solutions pour améliorer la productivité agricole a cherché à optimiser le rapport entre la superficie et la quantité. L’important n’était pas de produire des fruits ou des légumes de qualité, sains et équilibrés, mais d’obtenir des récoltes abondantes et de les reproduire le plus souvent possible. 

Pour ce faire, les engrais, les herbicides et les pesticides chimiques ont constitué une triade efficace, mais basée sur un concept généraliste du sol et du comportement de la plante. Les nutriments tels que l’azote ou le phosphore sont devenus la pratique courante des composés utilisés pour le traitement des sols ou dans la lutte contre les parasites. Dans de nombreux cas, les conséquences que certains de ces produits pouvaient avoir, n’ont pas été visibles rapidement. 

L’azote et le phosphore sont devenus les composés utilisés habituellement pour le traitement des sols.

Pollution chimique

Ainsi, les nitrates, par exemple, ont été l’un des principaux polluants des nappes phréatiques souterraines, puisqu’ils s’infiltrent facilement jusqu’à elles depuis le sol. Il en va de même pour les phosphates qui, en outre, sont à l’origine de l’eutrophisation des eaux douces, de leur teneur en métaux lourds, le cadmium, qui peut entraîner des problèmes de santé chez l’homme. Ceux-ci sont facilement absorbés par les plantes et, dans des cas tels que les fruits secs ou le soja, ils sont concentrés dans celles-ci. Tout cela signifie qu’outre les implications environnementales, qui se traduisent par des phénomènes tels que les pluies acides et la pollution chimique de l’écosystème, nous avons des effets potentiels sur la santé humaine du fait du développement de certains types de cancer. 

La gestion des produits chimiques agricoles exige une réflexion sur la prévention. Cela implique de fournir des informations à ceux qui les gèrent, de nettoyer les sites contaminés ou d’évaluer correctement leur présence dans l’environnement, entre autres mesures. Mais revenons au début, parce qu’il existe une autre voie : la biologique et naturelle. 

Si nous remplaçons les engrais et les pesticides de synthèse par des produits biologiques, comme par exemple les prébiotiques et les probiotiques, en utilisant non pas des solutions génériques, mais adaptées aux circonstances bioclimatiques de chaque culture, nous pouvons éliminer les risques. 

Il est vrai que le grand ennemi de ce changement a longtemps été de nature économique : la productivité. Les cultures biologiques supposaient davantage de main-d’œuvre et de surface disponible pour produire les mêmes volumes de production que les cultures non biologiques. Cette situation a également affecté les coûts. C’est la raison pour laquelle nous constatons que les produits issus de l’agriculture biologique sont encore plus chers. Cependant, les solutions que nous développons depuis l’industrie biotechnologique, comme c’est le cas de Kimitec, permettent d’équilibrer le cadre. 

Il est possible, grâce à des solutions naturelles, d’atteindre une production élevée et d’obtenir des fruits et des légumes de haute qualité et saveur. 

Il est désormais possible, grâce à des solutions naturelles sans risque de contamination ou d’activation de processus dangereux pour la santé, de produire des fruits et légumes de haute qualité et saveur. Nous entrons dans une phase où la recherche scientifique met à notre disposition des solutions qui répondent aux besoins de toute la chaîne de consommation. Et cela, dans un contexte où nous devons répondre à la crise environnementale à laquelle la planète est confrontée, est plus urgent que jamais.  

Te puede interesar...

Plongée dans la matière biologique inconnue

Hace 2 mois | Agriculture

Agriculture Organique, Biologique, Écologique et Traditionnelle

Hace 2 ans | Agriculture

Les effets du changement climatique sur la phénologie et la production des cultures

Hace 6 mois | Agriculture

Pacte vert et Farm to Fork: La voie vers une économie européenne durable

Hace 1 mois | Agriculture