Du laboratoire à la commercialisation industrielle : Comment relever les défis de la production de produits biologiques

img

La distribution et l’administration des vaccins contre le coronavirus au cours des derniers mois ont mis en évidence des difficultés qui ne sont pas toujours évidentes. Alors que la recherche sur le développement des différents sérums était si avancée qu’elle touchait à des questions de distribution, ces défis sont apparus. Comment transporter les flacons en toute sécurité ? À quelle température fallait-il les conserver ? Tous les pays avaient-ils les moyens de stocker et d’acheminer les vaccins jusqu’aux sites d’application dans les conditions requises ? Malgré les moins 80 degrés auxquels les envois de Pfizer et Moderna devaient être maintenus, malgré les difficultés logistiques terrestres et aériennes, le processus n’a pas échoué. Ce fut le résultat de l’application efficace de méthodes de production et de logistique à grande échelle pour les produits pharmaceutiques. C’est également le cas dans le domaine de la biotechnologie et de l’agronomie.

Quand j’achète un anti-inflammatoire dans une pharmacie, je ne me demande pas si la boîte appartient à un bon lot ou à un moins bon. Je n’ai aucun doute sur l’impact du médicament sur notre organisme et savoir s’il sera plus ou moins important. Je suis certain que tous les cachets sont également dosés, qu’ils contiendront les mêmes principes actifs et qu’ils produiront la même réponse. Un produit pharmacologique est stable à son arrivée chez le patient.

Mais cette stabilité et cette fiabilité ne sont pas chose facile à réaliser. Dans le monde des produits biologiques, nous travaillons avec des composés naturels. Nous utilisons des extraits de plantes, de fermentation, de micro-organismes et de microalgues pour identifier et concentrer des molécules ayant des propriétés bénéfiques pour le développement de produits biostimulants, biotiques et pré-biotiques, utiles pour le sol et les cultures. Ce ne sont pas des objets synthétiques, mais des objets naturels, qui changent et se présentent différemment selon la concentration et les conditions dans lesquelles nous les préservons. Ce qui est produit à l’échelle d’un laboratoire peut être fonctionnel, mais sa production à l’échelle industrielle est une autre histoire. C’est exactement ce que nous avons obtenu chez Kimitec: passer d’un niveau à l’autre sans que le processus implique une augmentation du prix du produit et sans que sa qualité et sa fiabilité soient compromise.

Question de méthodologie

Où est la clé ? Nous devons prendre en considération de nombreux aspects, mais chez Kimitec, nous les résumons en deux mots : méthodologie pharmaceutique.

Cette méthodologie propre que nous avons affinée au fil des années de travail nous permet de surmonter les différents défis auxquels la production biotechnologique a été confrontée au cours des dernières décennies. Nous l’avons d’ailleurs fait en gardant à l’esprit que notre activité n’est pas seulement d’enquêter. Nous testons, constatons, produisons, extrapolons et distribuons à un prix compétitif par rapport à d’autres solutions, y compris celles de chimie de synthèse.

Du laboratoire à la commercialisation industrielle : Comment relever les défis de la production de produits biologiques

L’extrapolation est l’un des plus grands défis de l’industrie biotechnologique. La découverte d’une molécule naturelle d’intérêt agronomique n’implique pas qu’elle puisse être produite en quantités industrielles. La formulation, l’emballage, la distribution et même l’application du produit affectent ce type de solutions.

Jusqu’à récemment, le manque de consistance et de stabilité des produits biologiques affectait l’adoption de nouvelles technologies de fertilisation des cultures ou de prévention des parasites. Il était courant que nous trouvions qu’un produit pouvait parfois fonctionner, d’autres pas. En outre, la nature des apports biologiques conditionne les mesures de stockage nécessaires pour les préserver et en assurer l’efficacité. Et que veux dire cela ? Entre autres choses, si le produit est très sensible, sa durée de conservation sera également plus courte. Cela n’apporte pas d’avantage aux agriculteurs et les empêche de bien gérer leur application. Mais il y a autre chose. Par rapport à la chimie de synthèse, le biologique a eu des problèmes de qualité liés à des facteurs tels que la concentration dans des délais relativement courts. Jusqu’ici, tout semble être un problème, n’est-ce pas ? Eh bien c’est la méthodologie de Kimitec qui nous a permis de surmonter ces obstacles.

Repousser les limites

Nous nous sommes appuyés sur l’observation et l’expérimentation non pas pour parvenir à des produits d’application universelle, mais pour comprendre à la fois la technologie biologique que nous utilisons et les besoins de nos clients là où ils se trouvent. Dans le premier cas, comprendre le mode d’action d’un produit nous permet de le recommander ou non pour une culture et un problème agronomique donnés dans des circonstances et à une époque appropriée.

De même, être conscients de la corrélation qui existe entre les conditions d’une culture particulière (par exemple, le sol sur lequel elle germe, les conditions climatiques de la zone, le stress auquel les plantes sont soumises, etc.) et l’efficacité du produit nous permet d’obtenir quelque chose de très important: recommander l’utilisation d’un produit biologique uniquement si nous savons qu’il y aura une réaction positive grâce à son application.

Cela ne suffit pas. Nous faisons beaucoup plus. Pour pouvoir donner de la consistance, c’est-à-dire que le produit ne se modifie pas, nous tenons compte de sa caractérisation physico-chimique. En outre, nous appliquons des spécifications techniques et des normes de qualité de production très strictes. Tout cela garantit que ce n’est pas le lot qui détermine la qualité, mais le processus. Tout comme nous espérons que le goût d’un rafraîchissement ne sera pas différent en fonction de la palette de canettes, nous avons réussi à rendre le contenu de chacun de nos emballages identiques.

Dans le monde des produits biologiques, nous travaillons avec des composés naturels.

Une minute. Et qu’en est-il de la date d’expiration ? Nous parlons de solutions à base de micro-organismes. Est-ce vraiment possible de maintenir une telle solution inchangée et en mesure de l’appliquer dans le temps ? C’est vrai. Pour ce faire, nous travaillons avec succès, la partie chimie verte. En outre, nous appliquons des techniques de stabilisation qui nous permettent d’atteindre des dates d’expiration d’au moins deux ans. C’est un saut de qualité, mais aussi de compétitivité. Nous proposons aux clients un produit qui leur donne la flexibilité dont ils ont besoin à un coût raisonnable. Nous ne commercialisons pas des intrants de luxe pour quelques-uns, mais des solutions accessibles à un grand nombre d’entre eux.

La méthodologie de Kimitec est si réelle que le passage du laboratoire à la commercialisation se reflète dans nos propres installations. Notre centre de recherche, MAAVi, est situé à côté de notre usine de production. Il ne peut s’agir d’une plus grande déclaration d’intention. Nous avons recours à des méthodes et à des méthodologies provenant du monde pharmaceutique et de l’alimentation industrielle pour produire des solutions cohérentes. Ensuite, nous les recommandons pour des cultures appropriées au moment précis de plus grand impact et valeur pour l’agriculteur.

La méthode Kimitec se termine comme elle commence : en écoutant le client. Quelqu’un pensait-il vraiment qu’on pouvait faire autrement ?

Te puede interesar...

Plongée dans la matière biologique inconnue

Hace 2 mois | Agriculture

Alliance entre Kimitec et Novagric pour une agriculture naturelle et productive

Hace 3 semaines | Corporate

UNICA et MAAVi Innovation Center signent un accord pour la recherche de solutions naturelles et atteindre le résidu zéro dans la production de fruits et légumes

Hace 2 mois | Newsroom

Le groupe kimitec lance Seanergy, Agrobiotik, Phosbac PS et des produits sous la technologie Priming

Hace 2 ans | Corporate